Chaleur fatale

Présentation des enjeux et des potentiels de récupération de la châleur fatale dans l’industrie.

Sommaire du dossier

Chaleur fatale, de quoi parle-t-on ?

Guide châleur fatale

La chaleur fatale est la chaleur résiduelle issue d’un procédé et non utilisée par celui-ci.

L’étude d’évaluation de gisement de chaleur fatale industrielle ADEME/CEREN 2015, fondée sur 7 000 établissements de plus de 10 salariés sur 130 secteurs industriels, a mis en avant 51 TWh de gisement national soit 16% de la consommation de combustibles dans l’industrie.

3 filtres de sélection donnent ce résultat :

  • Les procédés les plus énergivores (fours, séchoirs, chaudières) ;
  • Les rejets les plus accessibles (fumées, buées) ;
  • Les niveaux de température les plus efficaces (supérieur à 100°C).

Les trois quart de ce gisement national sont répartis sur 4 secteurs :

  • chimie/plastique ;
  • matériaux non métalliques(ciment/verre) ;
  • agroalimentaire ;
  • secteur des métaux.

En région Grand Est, le gisement chaleur fatale est de 8,6 TWh soit 17% du gisement français.
Les 5 secteurs sur le Grand Est qui concentrent 80 % du gisement régional sont :

  • les industries agro-alimentaires (IAA) ;
  • la chimie ;
  • les papeteries ;
  • les fonderies ;
  • le secteur des matériaux non métalliques.

Répartition du gisement de châleur fatale en région Grand Est

En 2017, une nouvelle étude de gisement de chaleur fatale est en cours. Le périmètre de cette nouvelle étude élargit :

  • son périmètre à des secteurs autres que industriels (Data center, …) ;
  • le gisement pour des niveaux de température inférieurs à 100°C.

Elle zoomera en particulier sur 3 secteurs : la chimie, le verre et les tuiles/ briques.

La châleur fatale industrielle