Maitriser l’éclairage public

Éclairage public

L’éclairage public représente en France 9 millions de lampes fonctionnant entre 3 500 h/an et 4 300 h/an pour une puissance totale installée d’environ 1 260 MW.

L’analyse de l’état des lieux des installations de ces petites communes fait apparaître d’importants besoins de rénovation ; plus de la moitié du parc est composée de matériels obsolètes et énergivores : boules diffusantes, lampes à vapeur de mercure (environ 1/3 du parc), et 40 % des luminaires en service ont plus de 25 ans.

L’éclairage public pèse pour 20 % dans le bilan énergétique global des communes de moins de 2 000 habitants et représente en moyenne la moitié de leurs consommations d’électricité (Enquête « Energie et patrimoine communal », juin 2007). Il constitue ainsi le second grand poste de dépense d’énergie dans le budget des communes après les bâtiments.

L’ADEME peut accompagner les collectivités

> Faire un pré-diagnostic : l’ADEME propose un outil de pré-diagnostic en éclairage public (OPEPA) sous forme d’une application Internet. OPEPA permet aux collectivités locales d’identifier des solutions performantes de rénovation de leur installation avec les estimations d’économies financières et énergétiques associées.

> Faire un diagnostic : l’ADEME fournit aux collectivités un cahier des charges de diagnostic pour leur patrimoine d’éclairage public. Ce cahier des charges vise à aider à définir une prestation de diagnostic de leurs installations.

Les objectifs du diagnostic sont de :

  • réaliser un état des lieux opérationnel ;
    • contribuer à améliorer la connaissance des élus,
    • réaliser un inventaire de l’existant (technique, sécuritaire, énergétique),
    • tracer des voies pour améliorer la maintenance de l’installation,
  • réduire les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre (GES), tout en améliorant le service rendu par l’installation d’éclairage public ;
    • réduire le coût global de l’installation,
    • réduire les consommations d’énergie,
    • améliorer la qualité de l’éclairage, son service rendu à la ville et aux usagers,
    • réduire les nuisances environnementales liées à la lumière.

Périmètre de l’analyse : 

  • l’éclairage fonctionnel des voiries ;
  • l’éclairage d’ambiance déterminant de l’activité nocturne (places, rues piétonnes) ;
  • l’éclairage esthétique, de monuments notamment ;
  • l’éclairage de la signalisation routière.

Le périmètre peut être élargi à l’ensemble de l’éclairage artificiel, public ou privé, ayant des effets sur le domaine public, en particulier le mobilier urbain, les enseignes, les vitrines et les milieux naturels.

> Recourir à un CEP (conseil en énergie partagé) : Le CEP effectue dans le cadre de ses missions d’accompagnement des communes adhérentes un bilan et des préconisations en matière d’éclairage public. Il peut en particulier aider à l’exploitation des outils précédemment cités.

En savoir plus sur les CEP en Grand Est (PDF - 3.98 Mo)

Quelques documents de référence