Gaspillage alimentaire

Avec l’appui de ses partenaires, l’ADEME soutient les actions de lutte contre les pertes et gaspillages à toutes les étapes de la chaîne alimentaire.

Sommaire du dossier

Éviter le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire concerne « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée » (Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire piloté par le ministère de l’Agriculture, 2013)

Les enjeux de la lutte contre le gaspillage alimentaire s’inscrivent dans les 3 axes du développement durable :

  • Environnemental - en évitant de dépenser inutilement de l’espace cultivable, de l’eau, de l’énergie et en évitant de générer des déchets et des gaz à effet de serre ;
  • Economique - pour une entreprise, comme pour un particulier, ces pertes et gaspillages constituent la perte d’une production ou d’un achat et à ce titre une perte financière. 

Gaspiller de la nourriture coûte cher : 108 €/personne/an (valeur d’achat des aliments). À cela s’ajoute les coûts d’énergie pour faire les courses, conserver et préparer les produits, traiter les produits jetés. Cela amène la facture globale à 160 €/personne/an.

Réduire cette dépense inutile pourrait permettre au consommateur d’acheter des produits de meilleure qualité.

  • Social - en France, 6 millions de personnes sont en situation de précarité alimentaire.

Tous les acteurs sont concernés par le gaspillage alimentaire:

lachaîne du gaspillage: tous les acteurs sont concernés

 

Au sein des foyers français, cela représente 29 kg/personne/an (l’équivalent d’un repas/semaine !), dont 7 kg de produits qui n’ont même pas été déballés. À cela s’ajoute le gaspillage des repas pris à l’extérieur du foyer (cantine, restaurant,...) et qui représente 21 kg. Au total, ce sont 50 kg d’aliments jetés par personne et par an.

L’objectif 2025 des pouvoirs publics est de réduire de 50 % le gaspillage sur l’ensemble de la chaîne alimentaire (Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire, 2013)

Limiter le gaspillage est possible pour tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Gaspillage alimentaire

  • Un supermarché a réduit de moitié ses pertes et gaspillages alimentaires en 1 an et ainsi économisé 300 000 €/an ;
  • Les 20 foyers témoins suivis par l’ADEME en 2014 ont réduit de moitié leurs pertes et gaspillages alimentaires avec des actions relativement simples durant 3 semaines et, ainsi, ont économisé près de 60 €/pers/an ;
  • Un conseil départemental a réussi à réduire d’un tiers le gaspillage alimentaire au sein de ses 96 collèges. Il estime avoir ainsi réduit sa facture d’achat d’1 million € par an, qu’il a pu réinvestir dans des produits de meilleure qualité.

Aujourd’hui, tous les acteurs peuvent réduire leurs pertes et gaspillage alimentaires de manière significative, améliorer leur image et réaliser des économies dont il serait souhaitable qu’elles soient réinvesties dans la qualité des produits.

En améliorant la valeur de l’alimentation, celle-ci est davantage respectée et donc moins jetée. Le cercle vertueux est alors engagé.