Profil énergie et gaz à effet de serre en Grand Est

Le Grand Est est une vaste région rurale : 1re région française en nombre de communes, mais également 5 aires urbaines de plus de 250 000 habitants, pour une population totale de près de 5,5 millions d’habitants. Profondément européenne (limitrophe de 4 pays) ce qui en fait une zone de transit international ; 80 % de son territoire est dédié à l’agriculture et à la forêt ; une industrie en conversion… sont autant de caractéristiques majeures de ce territoire à prendre en compte pour analyser son profil énergie-gaz à effet de serre.

Des besoins énergétiques stagnant ces dernières années

191 000 GWh, près de 12 % de la consommation nationale. Toutefois, sur la période 2005-2016, ces consommations diminuent de 16 % sous les effets croisés de l’activité économique, de mesures d’efficacité énergétique.

L’industrie, le résidentiel et le transport, les trois secteurs les plus consommateurs

Ils représentent 86 % de la consommation énergétique régionale.
Les process industriels, les usages de chauffage des logements et les déplacements des particuliers contribuent principalement à cette consommation. Les produits pétroliers occupent la première place des énergies consommées ; depuis les quinze dernières années, on observe cependant une diminution significative de leur usage au profit d’autres sources d’énergie comme le bois énergie ou d’autres énergies renouvelables.

Des émissions de gaz à effet de serre en baisse depuis 2005

52 Mt CO2e, ce qui représente près de 11 % des émissions de GES nationales. Cela représente 9,3 t de CO2e/hab., plus que la moyenne nationale : 7 tCO2e/hab., mais en diminution forte depuis 2005 : -33 % !

Les secteurs de l’industrie et du transport restent les plus émetteurs en région. Toutefois, le secteur de l’industrie a le plus contribué à cette baisse, ayant lui-même connu une baisse de 50 % (2005-2016).

Des énergies renouvelables en progression

De 8,8 % en 2005 à 19,5 % en 2016, la part d’énergie renouvelable (EnR) a fortement progressé (bois énergie, éoliennes, agro carburants et autres EnR).

Les énergies renouvelables sont de plus en plus présentes dans le mix énergétique régional ; la biomasse, notamment, en est le premier contributeur. Pour la production d’électricité, les filières hydrauliques et éoliennes sont les principales contributrices renouvelables.

Des efforts à poursuivre et amplifier

Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à horizon 2050, il est indispensable d’accélérer les initiatives en matière de maîtrise de l’énergie, de façon à diminuer le niveau de consommation énergétique régional, et tout particulièrement les énergies fossiles dans les secteurs du bâtiment et du transport.

Enfin, il est également nécessaire d’amplifier le rythme de mise en service d’installations de production d’énergie renouvelable afin de développer le mix énergétique et de réduire la dépendance du territoire régional aux énergies fissiles et fossiles.

Source : Observatoire climat air énergie du Grand Est, ATMO Grand Est - ACC-EN-010

Actions régionales

Pour répondre aux enjeux du changement climatique, l’ADEME contribue à la diffusion des démarches climat-air-énergie opérationnelles menées par les territoires.

À partir d’une véritable stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de diminution des consommations énergétiques et d’adaptation au changement climatique, ils élaborent un plan d’action adapté aux objectifs fixés, puis mettent en œuvre ces actions, tout en assurant suivi et évaluation.

Afin d’aider les acteurs, l’ADEME Grand Est apporte un soutien spécifique par thématique (consommer autrement, produire autrement, bâtiments, mobilité et transports et énergies renouvelables : réseaux et stockage) et également des formations et des outils tels que Climat Pratic et Cit’ergie, pour piloter la politique énergie climat.

Des premières expériences d’utilisation de l’outil Impact Climat en tant que prédiagnostic de vulnérabilités, mais surtout en tant qu’outils d’animation et de concertation ont eu lieu. Dans ce cadre, un comité d’experts est en cours de constitution.