Mobilité et transports

En Grand Est, le transport de personnes ou de marchandises représente 24 % des consommations d’énergie (3e poste après l’industrie et le secteur résidentiel), 20 % des émissions de gaz à effet de serre (2e poste après l’industrie) et 51 % des émissions en dioxyde d’azote (1er poste).

Ce secteur est dépendant presque exclusivement des produits pétroliers.

En ville, la moitié des déplacements inférieurs à 3 km s’effectue en voiture (ce qui équivaut à 8 minutes à vélo). Une personne seule en voiture émet 2 à 3 fois plus de CO2 par personne qu’en bus, 10 fois plus qu’en train et 20 fois plus qu’en tramway.

Il convient donc de proposer des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle afin de répondre à la mobilité, souvent complexe, des personnes.

Le transport de marchandises est tout aussi complexe et nécessite également des approches techniques et organisationnelles afin de répondre aux enjeux énergétiques, environnementaux et économiques actuels (plateformes multimodales, développement de la voie d’eau et du transport ferré, amélioration des performances énergétiques et environnementales des véhicules…).

Actions régionales

L’ADEME Grand Est s’emploie à accompagner les politiques territoriales et les initiatives locales qui œuvrent dans ce sens et plus globalement à la réduction des émissions des gaz à effet de serre liés au transport.

En réponse à ces enjeux, l’ADEME poursuit trois priorités en matière de transport :

  • moins se déplacer par le biais d’un positionnement réfléchi des activités (urbanisme durable) et grâce au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (visioconférence…) ;
  • se déplacer autrement en favorisant les modes de transport plus respectueux de l’environnement (transport en commun, modes actifs…) ;
  • mieux se déplacer en optimisant l’utilisation de son mode de transport actuel, notamment de la voiture particulière ou du camion de livraison (écoconduite, covoiturage, autopartage, carburants plus sobres, logistique mutualisée…).

Ses partenaires principaux sont la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Grand Est et la Région Grand Est.

L’action sur le terrain vise à apporter des outils et des financements pour que des actions cohérentes et coordonnées se mettent en place à l’échelle de territoires pertinents (Établissements publics de coopération intercommunale [EPCI] ou regroupements d’EPCI).

Quelques documents de référence